«Éric Ciotti est celui qui fera gagner la droite»

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Député des Alpes-Maritimes depuis 2007, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes de 2008 à 2017 et questeur de l'Assemblée nationale depuis 2018.

TRIBUNE – Quelque 140 élus, dont le président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et la députée européenne Nadine Morano, appellent à voter pour Éric Ciotti à la présidence des Républicains lors du second tour, les 10 et 11 décembre.

Nous, parlementaires, élus locaux, de toutes générations et incarnant plusieurs sensibilités de la droite, faisons le choix de soutenir la candidature d’Éric Ciotti à la présidence des Républicains. Certains d’entre nous l’ont fait depuis le départ, impressionnés par la clarté des propos et la force des convictions d’Éric Ciotti durant la primaire de 2021. D’autres parmi nous l’ont rejoint plus récemment et, pour certains, depuis dimanche soir après avoir soutenu Aurélien Pradié, car nous avons vocation à nous rassembler derrière le candidat qui a su créer une véritable dynamique de victoire en arrivant très largement en tête des suffrages avec près de 43 % des voix.

Éric, c’est la droite qui gagne, il nous a fait gagner une majorité de députés LR dans son département, les Alpes-Maritimes. Pour renouer avec la victoire, nous faisons le choix d’un homme qui ne fait pas que s’opposer à Emmanuel Macron mais qui fait aussi gagner la droite. Éric est un militant de toujours. Il s’est engagé à 16 ans dans le parti gaulliste, le RPR. Il lui a toujours été fidèle, quelles que soient les épreuves. Par son mérite, il y a gravi tous les échelons et peut aspirer légitimement aujourd’hui à diriger notre famille politique. Élu député depuis 2007 à l’Assemblée nationale, il y a mené de nombreux combats pour nos valeurs et y est unanimement reconnu.

Éric est prêt à diriger la droite. Ensemble, nous ne supportons pas de voir la France se déliter, nos valeurs malmenées, notre identité attaquée, nos talents s’éloigner. La France se dégrade. Elle se dégrade lorsqu’un délinquant sur deux à Paris, Lyon ou Marseille est de nationalité étrangère et que 90 % des clandestins ne sont pas expulsés dans leur pays d’origine. Elle se dégrade lorsque les violences gratuites explosent, le port du voile se multiplie, les cambriolages et les squats prolifèrent. Elle se dégrade lorsque la dette publique atteint les 3000 milliards d’euros notamment du fait de l’irresponsabilité d’Emmanuel Macron. La France se dégrade, enfin, lorsque c’est Sandrine Rousseau qui prétend aujourd’hui incarner l’écologie et ses amis wokistes qui tentent une mainmise sur les programmes scolaires et notre jeunesse.Nous proposons le chemin de l’identité pour protéger notre mode de vie, nos racines judéo-chrétiennes – que nous inscrirons dans la Constitution – et l’esprit des lumières qui font le génie français

Nous proposons aux Français d’emprunter un nouveau chemin, celui de l’autorité, de la liberté et de l’identité. Le chemin de l’autorité car la France a besoin de renouer avec ses valeurs et des lois qui assurent notre sécurité et notre souveraineté. Pour cela, une méthode: donner la parole au peuple à travers les référendums, et surtout ensuite respecter ses décisions. Nous proposons le chemin de la liberté en assumant une baisse massive et générale des impôts et charges, en libérant les Français des normes insupportables qui les étouffent et en faisant circuler le patrimoine vers les nouvelles générations par la suppression pure et simple des impôts sur les successions et donations. Nous proposons, enfin, le chemin de l’identité pour protéger notre mode de vie, nos racines judéo-chrétiennes – que nous inscrirons dans la Constitution – et l’esprit des lumières qui font la culture et le génie français.

Lutter face à la «nouvelle gauche»

Pour réussir à redresser la France, nous allons refaire de la droite un outil de victoire, à la fois moderne et performant. Nous créerons une fondation des idées pour nous constituer un véritable corpus idéologique, n’hésitant pas à sortir de notre zone de confort et à explorer des thématiques jusqu’ici trop laissées en déshérence par la droite: l’écologie, la lutte contre les violences faites aux femmes, le handicap, la lutte contre la pauvreté, la régulation du numérique… Nous constituerons un contre-gouvernement sur le modèle du «shadow cabinet» avec un référent par poste ministériel, pour que les Républicains travaillent d’arrache-pied et se préparent dès maintenant à exercer le pouvoir.

Ensemble, nous créerons le «premier média des républicains» parce que nous savons que la bataille de la communication sera décisive face à la «nouvelle gauche» délirante, à l’acteur Emmanuel Macron et à tous les démagogues de la scène politique. Ensemble, nous donnerons de la voix à nos militants et à nos adhérents en mettant en place des référendums inédits d’initiative militante. La droite doit renouveler ses pratiques, ses usages, ses visages. Sans sectarisme ni agressivité. Une page qui se tourne, sans la déchirer. Le week-end prochain, les Français vont regarder la droite. Éric Ciotti est prêt. Nous sommes prêts avec lui. Prêts à l’aider, prêts à redonner ses couleurs à la droite, prêts à assumer nos valeurs et à les défendre vaillamment comme nous l’avons toujours fait dans nos territoires.

Sans aucune compromission avec le macronisme qui nous mène tout droit dans le mur. Éric est le candidat de la clarté et du refus de l’ambiguïté. Tous ensemble, de partout en France, nous faisons le choix de redonner de la voix et de la force à la droite en votant Éric Ciotti. Parce que, plus que tout, nous aimons la France et voulons la sauver. Nous sommes convaincus qu’Éric Ciotti est le candidat qui peut nous rouvrir le chemin de la victoire.


* Les signataires: Laurent Wauquiez (président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes), Jean Leonetti (maire d’Antibes), Pierre-Henri Dumont (député du Pas-de-Calais), Florence Portelli (vice-présidente de l’Association des maires de France – vice-présidente de la région Île-de-France – maire de Taverny), Nadine Morano (député européen), Nicolas Daragon (maire de Valence), Alain Joyandet (sénateur de la Haute-Saône), Valérie Bazin-Malgras (député de l’Aube), Nicolas Lacroix (président du Conseil départemental de la Haute-Marne), Geoffroy Didier (député européen), Jean-Louis Masson (président du Conseil départemental du Var), Valérie Boyer (sénatrice des Bouches-du-Rhône), Brigitte Barèges (maire de Montauban), Jacques Kossowski (maire de Courbevoie), Isabelle Le Callennec (maire de Vitré), Valérie Lacroute (vice-présidente de la région Île-de-France – maire de Nemours), Philippe Marini (maire de Compiègne).

Liste complète des autres signataires:

Alexandra Borchio-Fortimp, sénatrice des Alpes-Maritimes

Thibault Bazin, député (Meurthe-et-Moselle)

Anne-Laure Blin, député (Maine et Loire)

Emilie Bonnivard, député (Savoie)

Jean Yves Bony, député (Cantal)

Xavier Breton, député (Ain)

Dino Cinieri, député (Loire)

Pierre Cordier, député (Ardennes)

Josiane Corneloup, député (Saône-et-Loire)

Christelle D’intorni, député (Alpes-Maritimes)

Francis Dubois, député (Corrèze)

Jean-Jacques Gaultier, député (Vosges)

Victor Habert-Dassault, député (Oise)

Alexandra Martin, député (Alpes-Maritimes)

Yannick Neuder, député (Isère)

Eric Pauget, député (Alpes-Maritimes)

Christelle Petex, député (Haute-Savoie)

Alexandre Portier, député (Rhône)

Nicolas Ray, député (Allier)

Nathalie Serre, député (Rhône)

Michele Tabarot, député (Alpes-Maritimes)

Jean-Pierre Taite, député (Loire)

Isabelle Valentin, député (Haute-Loire)

Jean Pierre Vigier, député (Haute-Loire)

Maxime Minot, député (Oise)

Pierre Vatin, député (Oise)

Emmanuelle Anthoine, député (Drôme)

Ian Boucard, député (Territoire de Belfort)

Vincent Seitlinger, député (Moselle)

Brice Hortefeux, député Européen (Massif Central – Centre)

Christine Bonfanti-Dossat, sénateur (Bouches-du-Rhône)

Françoise Dumont, sénateur (Var)

Laurent Duplomb, sénateur (Haute-Loire)

Christophe Andre Frassa, sénateur (Représentant des Français établis hors de France)

Sylvie Goy-Chavent, sénateur (Ain)

Alain Houpert, sénateur (Côte-d’Or)

Henry Leroy, sénateur (Alpes-Maritimes)

Sylviane Noël, sénateur (Haute-Savoie)

Damien Regnard, sénateur (Représentant des Français établis hors de France)

Philippe Tabarot, sénateur (Alpes-Maritimes)

Charles Ange Ginesy, président du Département des Alpes-Maritimes (Alpes-Maritimes)

Stéphanie Pernod Beaudon, première Vice Présidente de la Région Auvergne Rhône-Alpes et maire déléguée de la ville de Plateau d’Hauteville (Ain)

Martial Saddier, président du conseil départemental de Haute-Savoie (Haute-Savoie)

Isabelle Dubois, présidente de la communauté de communes de la Dombes (Ain)

Jean Dueguerry, président du Département de l’Ain (Ain)

Bruno Faure, président du Conseil départemental du Cantal (Cantal)

Georges Ziegler, président du Département de la Loire (Loire)

Olivier Amrane, président du Conseil départemental d’Ardèche (Ardèche)

Christophe Guilloteau, Président du Conseil départemental du Rhône (Rhône)

Charles Aslangul, maire de Bry-sur-Marne (Val-de-Marne)

Olivier Arsac, adjoint au maire de Toulouse (Haute-Garonne)

Jérôme Banino, maire de Saint-Symphorien-sur-Coise (Rhône)

Brigitte Barege, maire de Montauban (Tarn-et-Garonne)

Damien Bayle, maire de Boulieu-lès-Annonay (Ardèche)

Valérie Beauvais, ancienne députée de la Marne

Xavier Beck, maire de Cap d’Ail (Alpes-Maritimes)

Mathieu Bloch, maire de Colombier-Fontaine (Doubs)

Virginie Bonnet-Ferrand, maire de Vocance (Ardèche)

Elisabeth Brussat, maire d’Orléat (Puy-de-Dôme)

Jean-Pierre Camilla, maire de Saint-Paul-de-Vence (Alpes-Maritimes)

Bernard Carayon, maire de Lavaur, ancien député (Tarn)

René Cardoit, maire de Goualade (Gironde)

Bernard Carreres, maire de Ambonil (Drôme)

David Castets, maire de Saint-André (Haute-Garonne)

Philippe Cathonnet, maire de Lafarre (Haute-Loire)

Christophe Chamoreau, maire de Buthiers (Seine-et-Marne)

Michel Chardon, maire de Jonzieux (Loire)

Jean-Paul Chemarin, maire de Corcelles-en-Beaujolais (Rhône)

Philippe Cochet, maire de Caluire-et-Cuire (Rhône)

Jean-Charles Colombo, maire de Bure-les-Templiers (Côte d’Or)

Gérald Cruz, maire de la Chapelle-d’Abondance (Haute-Savoie)

Alisson Curty, maire de Ciré-d’Aunis (Charente-Maritime)

Clément Danielle, Maire de Rochefort-Samson, (Drôme)

Nicolas Daragon, maire de Valence (Drôme)

Jean-Claude Darlet, maire de Saint-Bonnet-de-Chavagne (Isère)

Patrick Delignières, maire de Biran (Gers)

Jean-Claude Denne, maire de Montriond (Haute-Savoie)

Romain Desanlis, maire de Loisy-sur-Marne -(Marne)

Caroline Di Vincenzo, maire de la Chapelle-d’Aurec (Haute-Loire)

Sébastien Dubourg, maire de Mont-Dore (Puy-de-Dôme)

Nathalie Durand, maire de Manthes (Drôme)

Sylvain Durin, maire de Servant (Puy-de-Dôme)

Christophe Feret, maire de Ancône (Drôme)

Thierry Fourcassier, maire de Saint-Jory (Haute-Garonne)

Christophe Fournier, maire de Glières-Val-de-Borne (Haute-Savoie), président de l’association des maires ruraux de Haute-Savoie

Christian Gallet, maire de Lozanne (Rhône)

Jean-Pierre Gasnault, maire de Landerrouet sur Ségur (Gironde)

Jean-Paul Gasquet, maire de Porte-des-Pierres-Dorées (Rhône)

Christian Gauthier, maire de Chatuzange-le-Goubet (Drôme)

Christine Gavalda Moulenat, chef de file de l’opposition à Perpignan (Pyrénées-Orientales)

Jean-Michel Giroux, maire de Poncin (Ain)

Serge Granjon, maire La Tourette (Loire)

Hervé Guelou, maire de Plufur (Côtes-d’Armor)

Jacques Kossowski, maire de Courbevoie (Hauts-de-Seine)

Dimitri Lahuerta, maire de Belley (Ain)

Alain Lambert, maire de Avrecourt (Haute-Marne)

Olivier Lavenka, maire de Provins (Seine-et-Marne)

Isabelle Le Callenec, maire de Vitré (Ille-et-Vilaine)

Jean Leonetti, maire d’Antibes (Alpes-Maritimes)

Kevin Luciano, maire de Vallauris (Alpes-Maritimes)

Jean-Marc Macario, maire Spéracèdes (Alpes-Maritimes)

Gaëtan Malange, maire de Saint-Barthélemy-d’Agenais (Lot et Garonne)

Philippe Marini, maire de Compiègne (Oise)

Damien Meslot, maire de Belfort (Territoire de Belfort)

Martine Venturini, maire de Chapareillan (Isère)

Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël (Var)

Jérôme Moineuse, maire de Lemé (Aisne)

Marion Mourier, maire de Bourg-les-Valence (Drôme)

Jacques Myard, maire de Maisons-Laffitte (Yvelines)

André Noirot, maire de Bourbonne-les-Bains (Haute-Marne)

Sébastien Olharan, maire de Breil-sur-roya (Alpes-Maritimes)

Pierre Oliver, maire du 2e arrondissement de Lyon (Rhône)

Véronique Ourliac Poudis, maire de Poudis (Tarn)

Fabrice Pannekoucke, maire de Moûtiers (Savoie)

Raymond Payen, maire de Saint-Lattier (Isère)

Stéphane Parizot, maire de Salles-Arbuissonnas-en-Beaujolais (Rhône)

Nathalie Peju, maire de Porcieu-Amblagnieu (Isère)

Yves Pigrenet, maire du Cannet (Alpes-Maritimes)

Jean-Paul Rocaché, maire de Viviers-lès-Lavaur (Tarn)

Philippe Rouleau, maire de Herblay-sur-Seine (Val d’Oise)

Evelyne Roux, maire Savignac-les-Églises (Dordogne)

Éric Sandraz, maire de Villard d’Héry (Savoie)

Bruno Sénéclauze, maire de Beaumont-Monteux (Drôme)

Florence Simon, maire de Pégomas (Alpes-Maritimes)

Andrée Tirreau, maire de Boissey (Ain)

Christophe Trojani, maire de Villefranche-sur-Mer (Alpes-Maritimes)

Frédéric Vasquelier, maire de Saint-Raphaël (Var)

Raphaël Vejux, maire de Baulme-la-Roche (Côte-d’Or)

Michel Veyron, maire de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs (Isère)

Jérôme Viaud, maire de Grasse (Alpes-Maritimes)

Paul Vidal, maire de Toussieu (Rhône)

Claude Vigouroux, maire de Reyniès (Tarn-et-Garonne)

Marie-Pierre Vincent, maire de Saint-Paulien (Haute-Loire)

Philippe Ziegler, maire de Leimbach (Haut-Rhin)

Michael Ziomeck, maire de Meurival (Aisne)

Cet article est paru en premier sureric-ciotti.com

A propos Eric CIOTTI 43 Articles
Président du parti LR Député des Alpes Maritimes

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*