Le 1er janvier 1986, douze pays pour l’Europe

L’élargissement de la Communauté économique européenne (CEE) à l’Espagne et au Portugal est effectif le 1er janvier 1986. Les deux nouveaux membres avaient signé le traité d’adhésion le 12 juin 1985, à Lisbonne, à la suite de longues négociations dues aux craintes économiques suscitées par cette entrée sur le marché commun.

Pour ces deux pays, il s’agit d’un événement considérable qui confirme le caractère irréversible de leur récente conversion à la démocratie. Pour l’Europe, en revanche, les conséquences sont perçues comme plus incertaines : un accroissement de son poids économique et politique dans le monde, mais des difficultés de fonctionnement probablement aggravées.

Pour les Français, l’agriculture et l’industrie automobile apparaissent les plus directement concernées par cette adhésion. Mais comme l’explique la Croix, dans un article paru le 3 janvier 1986, ” la libération totale des échanges donnera avant tout du fil à retordre aux économies espagnoles et portugaises », contrepartie du pari de la modernisation.

Et comme le fait remarquer Jean Boissonnat dans son éditorial paru également le 3 janvier : ” en réalité, la communauté d’intérêt et de valeur existait déjà entre le nord et le sud de l’Europe. Elle va s’intensifier non sans conflit bien sûr. Mais la concurrence vaut mieux que la guerre et l’on ne se dispute jamais qu’entre gens du même village.

Lire la suite

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*