Xavier Crettiez : « La gifle reçue par le président en dit peu sur la violence et beaucoup sur l’évolution de l’action politique »

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

L’agression subie par Emmanuel Macron n’illustre en rien une montée de la violence mais reflète la désacralisation du corps politique, l’effacement des partis, qui ne jouent plus leur rôle de médiation, et le narcissisme qu’encouragent les réseaux sociaux, analyse, dans une tribune au « Monde », Xavier Crettiez, professeur de science politique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*