«VRP, ce métier de chien». La critique de Bernard Quiriny

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

In folio <p>«&thinsp;Christian Estèbe a exercé le métier de représentant de librairie pendant trente ans. Il n’a eu qu’à puiser dans ses souvenirs pour écrire les saynètes qui émaillent <em>La vie fugitive mais réelle de Pierre Lombard, VRP&thinsp;</em>: rendez-vous foireux, interlocuteurs mal embouchés, déjeuners sinistres…&thinsp;​»</p>

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*