[Vidéo] Congrès des Républicains : pour le recteur de la Grande Mosquée de Paris, “ce qui se passe chez LR est ignoble”

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Invité sur le plateau d’Europe 1, au micro de Jean-Pierre Elkabbach, Chems-Eddine Hafiz, recteur de la Grande Mosquée de Paris, s’est exprimé dimanche 21 novembre au sujet du congrès des Républicains (LR). Le scrutin de celui-ci se déroulera du 1er au 4 décembre prochain. Lorsque le journaliste lui a fait remarquer que « beaucoup de gens pensent qu’en 2100 », la France sera « une république islamique » et que se produira alors « le grand remplacement », Chems-Eddine Hafiz a évoqué « de la science-fiction », avant d’estimer que « ce qui se [passait] chez les LR [était] ignoble ».

« Des Français comme les autres »

Après quoi, le recteur de la Grande Mosquée de Paris a tenu à rappeler que dans la nuit de vendredi à samedi, « deux mosquées [de] Besançon [avaient] été taguées ». Selon lui, cet événement « est la résultante directe [de] messages politiques qui sont complètement irresponsables, où on est en train de faire de la surenchère ». Peu après, toujours sur Europe 1, il a poursuivi de cette façon, pour étayer son point de vue : « C’est ignoble ce qui est en train de se passer aujourd’hui chez Les Républicains. On ne parle que d’immigration, que d’islam et que d’étrangers. » Faisant ensuite directement référence aux citoyens musulmans, il s’est agacé en ces termes, au micro de Jean-Pierre Elkabbach : « Est-ce que nous ne sommes pas Français comme les autres ? ». Avant de marteler peu après ces quelques mots : « Moi, j’affirme ma citoyenneté et j’affirme que la citoyenneté et la foi musulmane ne sont pas incompatibles. Bien au contraire. » 

« Qu’ils parlent des vrais problèmes »

Qu’attend Chems-Eddine Hafiz des cinq candidats à l’investiture du parti Les Républicains pour l’élection présidentielle de 2022 ? Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Éric Ciotti, Michel Barnier et Philippe Juvin débattront en effet sur CNews et Europe 1 ce dimanche soir. « Qu’ils parlent des vrais problèmes », parmi lesquels « l’emploi et la précarité », a demandé le recteur de la Grande Mosquée de Paris. Avant de conclure : « On n’a pas du tout entendu les candidats des Républicains – [dont] certains sont parmi mes amis – et je suis véritablement déçu par leur façon de faire. »

Ce dimanche a par ailleurs vu le jour un projet évoqué par l’Elysée un an plus tôt, qui vise à « lutter contre les séparatismes ». La Mosquée de Paris et trois fédérations musulmanes ont mis en place un Conseil national des imams (CNI). L’objectif de celui-ci sera d’octroyer un agrément aux responsables du culte musulman, en tenant compte de leurs connaissances ainsi que leur engagement à respecter un code de déontologie. Pour les partisans du projet, il s’agit d’un moment « historique ». Quant à ses détracteurs, ils évoquent une « attitude irresponsable ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*