Vaisselle cassée, c’est la fessée. Vaisselle foutue pan-pan cul-cul

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Pour leurs opérations de team building, les managers lassés par les salles d’”escape game” peuvent désormais se tourner vers les “rage rooms”. “Ne vous en faites pas, tous les objets cassés seront recyclés” nous promet-on…


Georges Orwell avait imaginé les deux minutes de la haine. En 2022, on fait mieux. Notre haine organisée peut s’exprimer plus longtemps et, en plus, elle n’est pas réservée à la caste intermédiaire. Il suffit juste de payer.

Mes pas m’ont récemment portée rue Blondel, haut lieu, dans le monde d’avant, de la prostitution à la papa. Le monde et les temps ont changé, la rue aussi. Mais, au 23, à la Fury Room, on peut toujours « se défouler, s’amuser et même tout casser ». Petit détail, ce n’est plus l’antique « Qui casse, paie » mais le moderne « Qui paie, casse ».

Si vous la jouez petit bras et que vous préférez les plaisirs solitaires, vous pouvez choisir, pour la modique somme de 25€, le programme Housebreaker. Dans un environnement sécurisé, il vous est loisible, en 10 minutes, de bousiller 10 bouteilles, quatre verres et quatre assiettes. A deux, vous déboursez 50 €, le  plan à trois est à 75 €. Donc, pas de réduction pour les groupes.

Vous pouvez voir plus grand. Le programme Madhouse vous autorise à vous attaquer à une pièce équipée. Sur le thème bureau, vous fracassez écrans, imprimantes, circuits imprimés. Sur le thème appartement, vous réglez leur compte à des meubles et à du petit électro-ménager. Tout seul : 40€, à deux 79€, à trois : 110€. Durée 20 minutes.

Pour les enfants (il n’y a pas de raison), c’est « bataille de nerfs, d’oreillers, de mousse à raser ». Je n’ai pas trouvé le prix.

Forcément, tout cela dans le plus strict respect des règles sanitaires. Et surtout, surtout, pas d’angoisse, les objets et le matériel sont recyclés. Pour eux, c’est juste une petite excursion sympathique à l’extérieur de leurs vertueux circuits de reconversion.

Avis aux DRH (ou aux Premiers ministres ou aux chefs et cheftaines de partis) : possibilité de « Team Building ». « Lâchez-vous et cassez tout, entre collègues ! Mettez derrière vous le stress du quotidien et défoulez-vous lors d’une activité amusante et ludique. Originale et peu commune, cette séance de casse éveillera certainement une belle complicité et une cohésion d’équipe ».

Provinciaux, ne soyez pas chafouins, c’est arrivé près de chez vous, même si vous ne le savez pas encore. En plus, c’est souvent moins cher et plus diversifié. La Tanière des Enragés à Varennes-Vauzelles affiche 16 bouteilles, six vaisselles pour 15€ par personne et une durée autorisée de la rage de 10 minutes. Le Renkard à Valence propose des pistes de haches. Au Karnage club à Toulouse, comme dans certains estaminets de naguère : « on peut apporter son manger ». « C’est votre anniversaire et vous n’êtes pas satisfait de vos cadeaux ? Vous êtes tellement déçu que cela vous donne des envies de destructions ? Il y a une solution pour mettre à profit cette déception et s’amuser quand même ». Batte de baseball, pied de biche et marteau à disposition.

Pour ceux qui souhaitent investir dans un projet d’avenir, pas de soucis. Les franchises pour les Rage Rooms, encore appelées Salles de Casse, existent. Compter 5 000€ HT de droit d’entrée, une redevance annuelle de 5% du CA HT (dont 1% pour la com) et entre 10 000€ et 20 000€ d’investissement (retour prévu : entre 12 et 18 mois). Et, Big Brother bientôt coté en bourse.

L’article Vaisselle cassée, c’est la fessée. Vaisselle foutue pan-pan cul-cul est apparu en premier sur Causeur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*