Une « agression » : la réponse de Gabriel Robin à Aurélien Pradié

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Les mots ont perdu leur sens. En fait de débats, on s’envoie au visage des expressions vides, des éléments de langage creux censés remplacer un discours intelligible. Une grande partie de la classe politique s’exprime désormais en recrachant des slogans, ainsi que pourraient le faire des robots mus par une « intelligence artificielle ». À quoi bon les écouter, autant lire des tracts puisqu’ils n’ont plus rien à nous dire.

Dans leur journal, les frères Goncourt écrivaient que « dans le journalisme, l’honnête homme est celui qui se fait payer l’opinion qu’il a ; le malhonnête, celui qu’on paie pour avoir l’opinion qu’il n’a pas ». De nos jours, en politique, le plus court chemin est de ne tout simplement pas avoir d’opinions sur quelque sujet que ce soit, de ne surtout pas cliver. Certains le pratiquent avec art, quand d’autres finissent par s’embourber dans leurs contradictions. J’ai été témoin, et même « partie prenante », de la prétendue « agression physique » qu’aurait subi le candidat des Républicains à la présidence de la région Occitanie. Une manœuvre savamment orchestrée pour faire parler de lui, se victimiser et « diaboliser » son contradicteur ; l’ancien magistrat Jean-Paul Garraud. […]

L’article Une « agression » : la réponse de Gabriel Robin à Aurélien Pradié est apparu en premier sur L'Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*