Un texte LREM interdisant les «thérapies de conversion» sera débattu à l’Assemblée début octobre

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Réclamée par de nombreuses associations, la proposition de loi prévoit la création d’un délit spécifique punissable de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, voire trois ans d’emprisonnement et à 45 000 euros d’amende lorsqu’il s’agit d’un mineur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*