«Un prof de lettres qui met le feu». La critique de Bernard Quiriny

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

In folio <p>«&thinsp;Dans “Burn-out”, Andrija Matic critique la destruction des valeurs, le cynisme, la morgue des nouveaux maîtres de Serbie avec une méchanceté décapante. Un roman assez drôle, mais plein de désarroi et de dégoût​&thinsp;​»</p>

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*