“Un ministre qui ne travaille pas” : l’opposition éreinte Blanquer sur sa gestion du Covid-19 et demande sa démission

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

« J’appelle à la démission de Jean-Michel Blanquer », tonne Yannick Jadot. Et il n’est pas le seul. Beaucoup d’élus pointent du doigt les décisions du ministre de l’Éducation nationale, en matière de gestion du Covid-19. Et certains réclament même la démission de Jean-Michel Blanquer, relaie franceinfo, mercredi 12 janvier. C’est notamment le cas de Yannick Jadot. Dans une interview au Dauphiné Libéré, le candidat écologiste à l’élection présidentielle d’avril prochain a dénoncé « l’attitude de mépris du ministre de l’Éducation et son dilettantisme », jugeant qu’il est devenu un « ministre qui ne travaille pas, qui ne travaille plus ».

Un jeudi noir dans les écoles

« La rupture de confiance entre le personnel enseignant et aussi les parents d’élèves est telle qu’Emmanuel Macron doit le remplacer dès maintenant », martèle l’écologiste, en référence au troisième protocole sanitaire à l’école, annoncé par Matignon. Lundi 10 janvier, le Premier ministre Jean Castex a en effet indiqué dans le journal de France 2 que des « simplifications » allaient être apportées. Un troisième changement qui pousse les fonctionnaires de l’Éducation nationale à faire grève ce jeudi 13 janvier. Et la mobilisation s’annonce massive, voire « historique » pour le syndicat SNUipp-FSU.Environ 75% des enseignants devraient suivre le mouvement.

Critiques de gauche à droite

Une gestion de la crise sanitaire qui est donc aussi bien critiquée à l’école que dans les rangs de l’Assemblée nationale. Comme le relaie franceinfo, la vice-présidente déléguée de LR, Annie Genevard, a dénoncé une rentrée « catastrophique ». Pour le chef des députés LR, Damien Abad, Jean-Michel Blanquer a fait les frais d’une « humiliation » de la part du Premier ministre en étant « désavoué en direct » sur le protocole sanitaire « qui avait été mis en place 24 heures avant la rentrée ». Du côté de la gauche, la députée PS Sylvie Tolmont a interrogé le ministre de l’Éducation : « Face au jeudi noir qui s’annonce, quand allez-vous présenter votre démission, M. le ministre ? » Dans la soirée du mardi 11 janvier, le parti socialiste a d’ailleurs réclamé, dans un communiqué, la démission de Jean-Michel Blanquer. Par la voix du député Ugo Bernalicis, la France insoumise a établi la même demande : « Si vous voulez regagner un peu de crédibilité, ce serait le moment de s’en aller. » Avant d’ironiser : « Enfin, ils sont quand même capables d’en trouver un autre qui soit pire. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*