Trains au Royaume-Uni: le bras de fer sur les subventions tourne à une grève historique

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lopinion.fr/

https://beymedias.brightspotcdn.com/3e/b7/7344b64a42109683df83f3eeb633/sipa-sipausa31576176-000001.jpg

Coup de chaud en vue sur le système ferroviaire britannique, tel qu’il n’en a pas connu depuis plus de 30 ans. Mardi 21, jeudi 23 et samedi 25 juin, 50 000 salariés vont débrayer. L’ensemble des lignes de train du pays sera impacté, ainsi que le métro de Londres. Selon Network Rail, gestionnaire du réseau de chemins de fer du pays, seulement 20 % du service devrait être assuré et 50 % du réseau sera fermé. De quoi paralyser le royaume pour une bonne partie de la semaine. En cause ? L’échec des négociations, qui portaient sur de meilleurs salaires ainsi que sur les conditions de travail. L’épicentre du conflit se situe « dans la décision du gouvernement conservateur de supprimer 4 milliards de livres de subventions dans les systèmes de transport britanniques », a précisé le secrétaire général du syndicat Rail, Maritime and Transport Workers (RMT), Mick Lynch, indique Le Figaro. « Malgré les meilleurs efforts de nos négociateurs, aucun accord viable n’a été atteint », a-t-il ajouté. Plan d’économie ? Selon RMT, cette décision du gouvernement Johnson amènerait à pousser Network Rail… à dégainer un important plan d’économie de 2 milliards de livres sterling (2,33 milliards d’euros). Avec, à la clef, au moins 2 500 suppressions d’emploi dans la maintenance, précise le syndicat. De fait, le contexte économique est difficile au Royaume-Uni, en raison de la montée de l’inflation et des conséquences du Brexit. Et le coup de chaud social pourrait durer, menacent les syndicats. « Nous pourrions assister à un été du mécontentement sur nos chemins de fer si Network Rail ne fait pas preuve de bon sens et ne s’assoit pas à la table des négociations pour répondre aux préoccupations de son personnel », a mis en garde Manuel Cortes, secrétaire général du syndicat Transport Salaried Staffs’ Association (TSSA), rapporte Challenges. D’autres grèves pourraient ainsi être décidées pour la fin du mois de juillet.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*