Soft power: après le coronavirus, l’Allemagne, puissance qui rit, la Chine, puissance qui pleure

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Sondage La gestion de la crise sanitaire a renforcé le poids de Berlin et miné celui de Pékin, selon une enquête réalisée en France, en Allemagne et aux Etats-Unis

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*