Sélectron : Rambo pour le meilleur et pour le pire, mais surtout le meilleur

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

 4 – Rambo II, La Mission (1985)

John Rambo purge une peine de prison lorsque le Colonel Trautman lui donne la possibilité de sortir pour une mission délicate : avoir la preuve qu’il reste bel et bien des prisonniers américains au Vietnam. Du cinoche, du vrai comme on n’en fait plus (et c’est bien dommage), à une époque où le LaserDisc squattait les têtes de gondoles de la Fnac et où le mâle blanc osait encore s’inoculer de la testostérone par cathéter. Des muscles luisants, un QI d’huître et une mission suicide en guise de psychanalyse-éclair, Rambo repart au Vietnam mais « cette fois-ci, on y va pour gagner ».  Les répliques fusent : « Ce que vous appelez l’enfer, il appelle ça chez lui », ou le sublime : « Pour survivre à la guerre, il faut devenir la guerre ». Ça défouraille de partout au M60, ça prend des bains de sangsues, et en moins de deux heure, Stallone éparpille façon puzzle les deux démons de l’Amérique : le Vietnam et l’URSS. Sublime.



3 – John Rambo (2008)

John Rambo s’est retiré dans le nord de la Thaïlande où il mène une existence simple dans les montagnes, se tenant à l’écart de la guerre civile qui fait rage à proximité, sur la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar. Mais la violence du monde rattrape notre héros lorsqu’un groupe de volontaires humanitaires mené par Sarah et Michael Bennett vient lui demander d’être leur guide jusqu’à un camp de réfugiés auxquels ils veulent apporter aide médicale et nourriture. Comme avec son surprenant Rocky Balboa, Stallone ressuscite Rambo vingt ans après Rambo III. A la fois réalisateur, scénariste et acteur, Sylvester offre un film, certes bourrin, mais aussi terriblement humain où cet homme construit pour tuer, devenu une masse informe rongée par les cauchemars, plonge une dernière fois dans l’enfer de la guerre caméra à l’épaule pour trouver une rédemption. Touchant. […]

L’article Sélectron : Rambo pour le meilleur et pour le pire, mais surtout le meilleur est apparu en premier sur L'Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*