Saint-Etienne-du-Rouvray : six ans après l’assassinat du père Jacques Hamel, le temps s’est arrêté dans son presbytère

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Six ans se sont écoulés, depuis l’assassinat du père Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), survenu le 26 juillet 2016. Ce jour-là, deux islamistes radicaux, Adel Kermiche – placé sous contrôle judiciaire et muni d’un bracelet électronique – et Abdel Malik Nabil-Petitjean ont pénétré dans l’édifice pour l’égorger et le poignarder, avant de blesser grièvement un paroissien de 86 ans. Ensuite, les assaillants ont retenu trois autres fidèles en otage, avant d’être abattus par les policiers. L’acte avait été revendiqué le jour même par l’organisation terroriste Etat islamique. Depuis, le temps semble s’être définitivement suspendu dans le presbytère, observe Aleteia, qui s’est rendu sur place.

Une forme de paix et de simplicité 

Roseline Hamel, la sœur de la victime, se souviendra à jamais de cette journée de juillet 2016. La veille de l’attaque terroriste, accompagnée de six autres membres de la famille, elle était arrivée au presbytère de son frère pour les vacances. « Il nous attendait de pied ferme et nous sommes arrivés un peu en retard », avait-elle confié lors de son audition devant la cour d’assises le 17 février dernier, comme le rappellent nos confrères. Le soir du 25 juillet, ils s’étaient réunis pour un ultime repas, tous ensemble. Le père Hamel avait posé son couvert et confié à ses proches : « Je suis tellement heureux de vous avoir à ma table ! »

Le lendemain matin, comme de coutume, le religieux s’était levé pour aller célébrer la messe donnée à 9 heures dans son église. « Comme d’habitude, nous pensions prendre un café avec lui à son retour de la messe », avait confié Roseline Hamel, la voix chargée d’émotion. Avant de poursuivre : « Il avait préparé tout le petit-déjeuner, les bols étaient sur la table, le pain sorti… ». Moins d’une heure plus tard, le père Jacques Hamel décédait lors de l’attaque terroriste. Six ans plus tard, une forme de paix et de simplicité habite son presbytère, observe Aleteia. Et cela, à l’image de la personne qu’il était.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*