Quatre ans après le drame de la rue de Trévise à Paris, les victimes toujours en attente d’indemnisation

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

La catastrophe a eu lieu il y a quatre ans mais le combat continue. Le 12 janvier 2019, une explosion provoquée par une fuite de gaz dans un immeuble avait tué quatre personnes et blessé 66 autres, rue de Trévise dans le 9e arrondissement de Paris. Mais comme le relaye BFMTV ce mardi 10 janvier, les associations de victimes s’indignent aujourd’hui d’être toujours en attente de l’indemnisation qui leur est due. « Il y a beaucoup de blocages », a déploré Dominique Paris, la présidente de l’association « Trévise Ensemble », qui évoque « un travail colossal qui replonge (les victimes) dans le sinistre ».

400 victimes

Face aux lourdeurs et aux lenteurs de la procédure d’indemnisation, les nerfs lâchent. Plus d’un an après l’annonce d’un accord permettant une indemnisation sans attendre les issues judiciaires de cette affaire, seules huit victimes ont bénéficié d’une réparation pour un montant total de 107 000 euros. Bien peu par rapport aux 400 victimes rassemblées dans deux associations, qui attendent le déblocage du fonds de 20 millions d’euros mis en place par la Ville de Paris. Parmi ces 400 personnes se trouvent de nombreux sinistrés ayant tout perdu après le drame. « On pensait que ça allait être fluide mais ça ne l’est pas du tout », a regretté Linda Zaourar, présidente de l’association « Victimes et rescapés de l’explosion de la rue de Trévise). En plus de devoir affronter l’administration, les victimes font également face à la difficulté de coordonner les experts mandatés par les assureurs. D’autres pointent vivement du doigt le comportement d’Anne Hidalgo, l’accusant de faire traîner le dossier, alors que la Ville est mise en examen pénalement dans cette affaire.

 

Cet article est paru en premier sur valeursactuelles.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*