Puy-de-Dôme : les directeurs des maisons de retraite préoccupés par le manque de personnel

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Déjà compliquée avant le début de la crise sanitaire, la gestion du personnel est de plus en plus préoccupante aux yeux des directeurs des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) établis dans le Puy-de-Dôme. Ainsi, selon les informations de La Montagne, dévoilées dans un article jeudi 13 janvier, la flambée du nouveau variant Omicron aurait des impacts plus importants sur les ressources humaines que sur le protocole sanitaire.

« Ça devient de plus en plus compliqué »

L’organisation du personnel, déjà tendue avant l’arrivée de la pandémie, est aujourd’hui un véritable casse-tête pour les directeurs d’établissements. « Le vrai souci, aujourd’hui, c’est le risque que des salariés attrapent [le Covid-19] et qu’ils ne puissent pas venir au travail », confie à nos confrères Bruno Fonlupt, directeur de l’Ehpad Saint-Joseph, situé à Lezoux, et délégué régional de l’association des directeurs d’établissements pour personnes d’âgées. Et d’ajouter, pour développer son raisonnement : « Indépendamment du Covid-19, il me manque deux infirmières et trois aides-soignantes. Sur soixante salariés, c’est déjà beaucoup. » 

Même son de cloche au sein de la maison de retraite spécialisée située dans la commune du Cendre. Son directeur, Jérôme Gras, évoque une situation difficile, dans les colonnes du quotidien régional. Chaque semaine, il dit déplorer un à deux cas de salariés positifs au Covid-19. « Heureusement, cette nouvelle forme semble peu grave et les gens peuvent rapidement reprendre le travail, mais nous sommes toujours sur le fil, poursuit-il. J’ai désormais une cadre de santé qui passe 100 % de son temps à chercher des gens pour faire des remplacements, et ça devient de plus en plus compliqué. »

92,6 % des résidents complètement vaccinés

A savoir que le 10 janvier, dans ce département, l’Agence régionale de santé (ARS) annonçait que 93,7 % des pensionnaires des Ehpad et USL (unités de soins longue durée) étaient vaccinés avec au moins une dose, rappelle La Montagne. Par ailleurs, 92,6 % des résidents étaient complètement vaccinés, et 68,2 % avaient reçu une dose de rappel. Ce taux de vaccination, conjugué à celui du personnel, soumis à l’obligation vaccinale – et qui s’élève donc à 100 % – implique que les maisons de retraite n’appréhendent pas ce nouveau variant d’un point de vue sanitaire, bien qu’elles tâchent de rester vigilantes quant au respect des gestes barrières.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*