Présidentielle 2022 : Fabien Roussel (PCF) félicite les maires qui refusent des salles pour les meetings de Marine Le Pen et Eric Zemmour

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Fabien Roussel était l’invité de l’émission « Dimanche en politique », diffusée sur France 3, dimanche 21 novembre. Face à Francis Letellier et à l’éditorialiste Nathalie Mauret, il a été interrogé aux sujets des personnalités politiques qui peinent à recueillir les 500 signatures nécessaires, sur au moins 30 départements, pour candidater à l’élection présidentielle. Nathalie Mauret lui a ainsi demandé si selon lui, il serait préférable de changer cette méthode de parrainage. Sans répondre directement à la question, le secrétaire national du Parti communiste français et député du Nord a salué la décision de certains élus, qui ont refusé qu’Eric Zemmour et Marine Le Pen organisent leurs meetings dans leurs salles : « Ils ont eu le courage de dire « Pas de ça chez moi ». » 

« L’extrême droite », « un risque »

Dans la continuité de son raisonnement, le candidat communiste à l’élection présidentielle de 2022 a jugé qu’il existait « un risque », que la République française « soit kidnappée et prise en main par l’extrême droite ». Ensuite, pour étayer son point de vue, Fabien Roussel a fait savoir qu’il considérait que « tous les démocrates de ce pays » avaient « une responsabilité pour que ces candidats n’aient pas voix au chapitre ». Une voix qu’il souhaiterait que les élus fassent entendre, au moment de décider quel candidat peut, ou non, décrocher leurs parrainages. Des propos qui faisaient directement allusion au candidat non déclaré à l’élection présidentielle et à la candidate frontiste. Peu après, le secrétaire national du Parti communiste français a assuré que son parti et lui « feraient tout », à l’avenir, « pour empêcher que l’extrême droite [ne] mette la main sur la République ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*