Pouvoir d’achat: contre l’avis du gouvernement, les députés votent une aide pour les foyers se chauffant au fioul

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lopinion.fr/

https://beymedias.brightspotcdn.com/39/41/096b43cb4cf5aae75d074f0352c3/sipa-01081404-000015.jpg

L’amendement a reçu un avis défavorable de la part du gouvernement, mais il a tout de même été adopté. Au cours de l’examen du projet de loi de Finances rectificative, qui a repris lundi 25 juillet dans la soirée à l’Assemblée nationale, les députés ont voté une aide de 230 millions d’euros pour les ménages qui se chauffent au fioul pour tenter de faire face à l’inflation, rapporte Le Parisien. L’amendement de Jérôme Nury, député LR de l’Orne, a donc été voté par 164 voix contre 153, grâce notamment à l’alliance des oppositions Nupes, LR et RN. Le gouvernement avait de son côté plaidé pour l’adoption d’un amendement de la majorité présidentielle, qui prévoyait cette fois-ci un soutien de 50 millions d’euros. C’est donc un nouveau revers pour l’exécutif, qui ne dispose plus de la majorité absolue dans l’hémicycle. Samedi soir, une fois de plus contre l’avis du gouvernement, l’Assemblée nationale avait déjà décidé d’allouer 120 millions d’euros aux départements pour compenser la hausse du RSA. Pragmatisme. « A défaut d’une baisse généralisée des taxes sur l’énergie en pleine crise énergétique, cet amendement propose une aide exceptionnelle de soutien aux particuliers utilisant le fioul comme chauffage », mentionne l’amendement porté par Jérôme Nury, comme le cite Les Echos. Pour le député, « il s’agit ici de faire preuve de pragmatisme avant la disparition souhaitée des chaudières au fioul, en soutenant de manière temporaire et exceptionnelle les Français qui utilisent encore ce chauffage ». La députée socialiste d’Ille-et-Vilaine Claudia Rouaux a de son côté souligné qu’il y avait « énormément de familles qui ont du mal à remplir leurs cuves », cite Le Parisien. L’élu RN de la Somme Jean-Philippe Tanguy a quant à lui indiqué qu’une « partie de ce Parlement ne se rend pas compte de la situation d’urgence sociale sur le fioul ». En revanche, le député LREM du Val-de-Marne Mathieu Lefèvre a estimé que le sujet du fioul, qu’il a qualifié d’ « évident » pour l’hiver, « ne peut pas être traité à la volée avec un amendement à 230 millions d’euros dont on ne connaît pas les critères ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*