Pour une disruption conservatrice

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Il ne restera rien du monde promis par Emmanuel Macron et ses séides progressistes. Rien sinon des mots dont le sens se retourne contre leur projet même. Peut-être le faux sera-t-il, pour une fois, un moment du vrai ?

Disruption: Rupture. Fracture » (Litré, 1874) ; « disruptif: qui sert à rompre, atesté depuis le XVIe». Comme celui de « résilience », ces deux termes font partie du vocabulaire obligé de ceux qui nous préparent « le monde d’après ». Ainsi en est-il du publicitaire Jean-Marie Dru, selon lequel « il nous faudra des milliers d’idées disruptives pour réparer (sic) le monde ». Dans un entretien donné au Point, au style empruntant aux publicitaires de Lauzier et à Paulo Coelho, citant Gandhi (« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde »), que veut dire l’auto-proclamé pape français de la disruption ? Que la crise nous imposera de sortir des sentiers batus et qu’il nous faudra « être résolument inventifs, créatifs, disruptifs ». Diable. Et quelle, ou plutôt quelles disruptions ? […]

Suite à lire dans le dernier L’Incorrect (n°31) et en ligne pour les abonnés.

Pour pouvoir lire cet article vous devez vous abonner :Notre Offre

L’article <i class=’fa fa-lock’ aria-hidden=’true’></i> Pour une disruption conservatrice est apparu en premier sur L’Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*