Pour l'association Respire, la RATP entretient l'omerta «sur des chiffres de santé publique»

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Publiée mercredi, l’étude réalisée avec un chercheur du CNRS se concentre sur la pollution aux particules fines dans les stations du métro parisien. Elle dénonce des taux très élevés et l’inaction de la RATP.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*