Porosité entre RN et LR, “dédiabolisation”, détestation de Macron peuvent mener Le Pen à l'Elysée, selon une étude

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Rapprochement programmatique entre RN et LR, “dédiabolisation” de l’ancien Front national, détestation d’Emmanuel Macron: une étude de la Fondation Jean-Jaurès considère pour ces raisons comme “une possibilité non négligeable” la victoire de Marine Le Pen à la présidentielle en 2022.
Pour que la dirigeante d’extrême droite soit élue, selon les auteurs de l’étude de ce centre de réflexion classé à gauche, il faudrait qu’une de ces conditions se réalise: “que l’électorat de droite modérée se reporte massivement sur elle, qu’elle soit suffisamment +dédiabolisée+ pour pousser les électeurs des candidats éliminés du premier tour vers l’abstention, et qu’Emmanuel Macron soit devenu un repoussoir similaire à Marine Le Pen”.
Si les auteurs écartent l’hypothèse d’une “grande convergence des extrêmes” entre les électorats de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon, en raison de positions “profondément différentes” sur les questions culturelles et économiques, ils constatent une “convergence programmatique indéniable” entre Les Républicains et le Rassemblement national.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*