Politique et Paradoxe Communautaire

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

https://adcasescom.files.wordpress.com/2021/05/communaute-15.jpg

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

Parfois, la complexité « à la française » rejoint la complexité du monde : c’est le cas des communautés. Portées et développées par le numérique depuis plus de 30 ans, elles présentent une diversité de mondes et de genres, à l’intérieur même d’une seule société. Leurs objectifs peuvent être sociaux ou de civilisation (syndicats, LGBT), mais aussi de se rassembler autour du jeu, des paris, de la finance, du commerce (marques), de l’écologie réelle (et non politique), de la géographie et de la science, ou simplement dire non à quelque chose (antivax). Ce sont des « causes » relativement gérables par l’Etat, et parfois même de bonnes occasions de développements économiques. Elles ne favorisent pas le communautarisme par leurs sujets, mais par la créativité technologique qu’elles suggèrent.

Qu’est-ce que le marketing communautaire ? (digiculture.fr)

Ces groupes d’intérêt restent des assemblages plutôt pacifiques, on y adhère ou pas, mais ils existent, sont vivants, et représentatifs de notre société en évolution constante. Ils n’ont rien à voir avec les groupes terroristes religieux, qui utilisent les mêmes moyens très efficaces. Le contrôle de ces moyens, sans atteinte aux libertés publiques, devient alors pour l’Etat l’enjeu principal face aux séparatismes.

« La menace terroriste a changé en quelques années » : les chefs du renseignement font le point sur la lutte antiterroriste en France (francetvinfo.fr)

D’un point de vue historique et politique

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*