Partout, les saints : Luigi et Maria Beltrame Quattrocchi

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Force de regarder des superproductions de merde scriptées par des frustrés en surpoids, on en vient à croire que l’amour entre un homme et une femme, c’est chiant. Au mieux. Au pire ça produit des terroristes en puissance, des enfants toqués, des futurs rejetons de la turbo-giga-ultra-droite. L’amour en 2020, c’est minimum trois personnes, avec le panachage le plus éclectique possible.

Mais Luigi et Maria se marrent bien en voyant ça, depuis le paradis où ils veillent sur des couples hétéros cisgenres (c’est comme ça qu’on dit « dans la norme » aujourd’hui). Luigi et Maria se sont rencontrés en Italie, à Rome (histoire d’être bien sûrs que c’est Dieu qui les a rassemblés) en 1902. Il a 22 ans, elle 18. Ils se fiancent rapidement, et resteront fiancés durant trois ans. Trois longues années pendant lesquelles les tourtereaux s’échangeront des courriers passionnés et flamboyants, débordant d’un amour infini, écrits dans le plus beau des Italiens. […]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

L’article Partout, les saints : Luigi et Maria Beltrame Quattrocchi <img class='plus-nav-icon-menu icon-img' src='https://lincorrect.org/wp-content/uploads/2020/07/logo-article-small.png' style='height:20px;'> est apparu en premier sur L'Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*