Pantin : polémique après un atelier sur la laïcité trop centré sur le port du voile, l’inspectrice porte plainte

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Un désaccord sur la laïcité qui risque de finir au tribunal. Le 5 janvier dernier, une inspectrice de l’Éducation nationale a porté plainte contre un professeur qui a critiqué l’atelier sur la laïcité qu’elle a dispensé en novembre 2021 au lycée Marcelin-Berthelot à Pantin (Seine-Saint-Denis). À travers un poème, l’enseignant avait jugé que cette formation était trop centrée sur le port du voile. Il l’avait lu à l’occasion d’un conseil d’administration du lycée en décembre 2021. Nos confrères du Parisien ont pu consulter le poème en question : « Un seul thème choisi, le voile des jeunes filles. Sans surprise, quel drame, nous nous y attendions. L’habillement des femmes sous toutes ses variations, du pouvoir rétrograde déchaîne les passions, dès que vient une estrade, ils hurlent à l’unisson. Quelle erreur feraient-elles, si en plus d’être femmes, à l’époque actuelle, elles étaient musulmanes », a notamment écrit le fonctionnaire.

Une remise en cause des principes de laïcité ?

La lecture de ce poème avait provoqué l’agacement du directeur du lycée, qui avait quitté la pièce. L’inspectrice a rapidement dénoncé « cette fable » qui critique la formation « en (l’)outrageant », a-t-elle déclaré au Parisien. Elle se serait même reconnue dans un passage de la fable, lorsque l’enseignant parle d’un « roquet aboyant, la langue fielleuse ». Mais elle s’est surtout montrée inquiète de la « réticence » de certains enseignants à évoquer le sujet de la laïcité : « Lors de cette formation, certains remettaient en cause les principes de laïcité à la française, mais les échanges restaient corrects. » Cela ne l’a pas empêché de se tourner vers le recteur pour l’avertir de la situation. Après la plainte de l’inspectrice, le professeur a donc été convoqué au rectorat de Créteil, dans le Val-de-Marne, le 7 janvier dernier.

Le « malaise » d’un enseignant à ce sujet

Une autre source du Parisien a d’ailleurs glissé que cet atelier a été organisé « à la suite d’incidents liés au port ostensible de signes religieux par des élèves sans que les professeurs n’interviennent ». « Certains ont critiqué la loi de 2004 », sur les signes religieux dans les écoles publiques, a encore soufflé la même source à nos confrères. Selon elle, l’inspectrice aurait fait preuve d’une « grande rigueur professionnelle » et n’aurait pas évoqué seulement le port du voile lors de la formation. Le Parisien a également rapporté qu’un enseignant aurait par ailleurs évoqué, lors d’une conversation privée, son « malaise » en ce qui concerne la loi sur la laïcité. Le rectorat de Créteil n’a pour l’instant pas donné d’informations supplémentaires, respectant ainsi « l’obligation de confidentialité ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*