«Nous devons veiller à ce que notre démocratie ne soit pas filtrée et morcelée en bulles» – par Margrethe Vestager

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lopinion.fr/

https://beymedias.brightspotcdn.com/c9/f2/1610f7394cadaeeb4d7af8ae113e/margrethe-vestager-sipa.jpg

La liberté, la démocratie, l’égalité, l’Etat de droit et le respect des droits de l’homme sont les valeurs sur lesquelles repose notre Union européenne. Ces valeurs se développent dans des espaces ouverts – dans les lieux de travail, les cafés, les universités, les parlements. Dans des lieux où les gens peuvent discuter, être en désaccord, se contredire et trouver des compromis. Aujourd’hui, une partie de la discussion s’est déplacée des espaces extérieurs et entre les murs, vers les écrans. Des écrans alimentés par la lumière mais pas nécessairement par l’illumination. Il est important que nos sociétés soient réellement adaptées aux citoyens, que le marché soit davantage au service des consommateurs et que la technologie soit au service des humains. Les 15 et 16 mai, nous nous réunissons pour le prochain Conseil du commerce et des technologies (CCT) entre l’Union européenne et les Etats-Unis, organisé par la présidence française, à Paris-Saclay. J’attends avec impatience cette rencontre, car l’Europe et les Etats-Unis sont des forces de premier plan en matière de protection de la liberté et de la démocratie. Notre façon de gérer le monde numérique en dit long sur notre identité. Notre objectif commun est que chacun ait accès à des réseaux à prix abordables. Que chacun ait les compétences nécessaires pour pouvoir utiliser les nouvelles technologies. Nous voulons aussi pouvoir choisir quelles données nous partageons avec qui. Nous voulons connaître l’empreinte carbone de nos tablettes et des vidéos que nous diffusons en continu. Nous voulons être aussi bien protégés en ligne que hors ligne. Enfin, nous voulons aussi être capables de déconnecter. Bulles. Nous devons aussi veiller à ce que notre démocratie ne soit pas filtrée et morcelée en bulles, comme nous l’avons malheureusement constaté auparavant. Les terroristes des attentats de Paris et de Bruxelles et, plus récemment, les émeutiers du Capitole, ont été endoctrinés par le biais des médias sociaux avant de commettre leurs horribles attentats et attaques dans les rues. Nos sociétés libres ont pendant trop longtemps été défiées par ces technologies. Nous devons donc unir nos forces pour défendre nos démocraties et protéger la liberté. On nous a rappelé, de la manière la plus terrible, que nous ne pouvons pas les prendre pour acquis. Il y a quelques mois seulement, aucun d’entre nous n’aurait pu imaginer qu’aujourd’hui, en Europe, nous vivrions dans un continent fondamentalement changé par la tragédie de la guerre. Les décisions et les actions qui ont été prises ces dernières semaines et qui seront prises dans les semaines à venir façonneront l’avenir de l’Europe pour longtemps. Qu’il s’agisse de l’imposition de sanctions face à l’agression de la Russie contre l’Ukraine, de l’apport d’un soutien militaire à l’Ukraine, de la protection des réfugiés ou encore de la redéfinition de la défense européenne. L’engagement en faveur de la liberté, de la démocratie et du respect des droits de l’homme est précisément la pierre angulaire du Conseil du commerce et de la technologie entre l’Union européenne et les Etats-Unis. Ce forum nous a déjà aidé à faire front commun face à la guerre de la Russie en Ukraine, en accélérant et en alignant nos réponses à l’invasion, notamment par le biais de sanctions coordonnées et de contrôles des exportations. Résilience. Nous avons encore beaucoup à faire ensemble. Nous devons coordonner nos actions pour minimiser les impacts négatifs de la guerre sur l’économie mondiale et en particulier sur l’économie de l’Ukraine. Nous devons renforcer la résilience de notre cyberespace et protéger l’espace médiatique libre de la désinformation parrainée par l’Etat russe. Mais le CCT a une ambition qui va au-delà de la crise actuelle. En travaillant ensemble, nous pouvons saisir les nombreuses opportunités des transitions verte et numérique, tout en trouvant des solutions tangibles aux défis qu’elles entraînent. Nous pouvons construire des chaînes d’approvisionnement résilientes auxquelles nous pouvons faire confiance, et créer une vision positive pour une gouvernance démocratique de l’Internet qui serve notre liberté individuelle, qui en fasse un lieu sûr et qui reflète les valeurs qui nous tiennent à cœur hors ligne. Si nous agissons ensemble, nous pouvons établir les normes de l’économie de demain. Nous unissons nos forces. Et lorsque deux partenaires aussi déterminés prennent l’initiative, nous pouvons assurer que le vent tournera en notre faveur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*