«Moins de mobilité sociale, c’est plus d’impôts» – la chronique de Frédéric Gonand

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Le bon grain et l’ivraie <p>« Déjà Tocqueville conjecturait un lien entre mobilité sociale élevée et stabilité de la démocratie : selon lui, une plus grande mobilité rend la classe moyenne (ou les bas revenus) moins encline à taxer les riches, car elle espère devenir riche plus tard (ou au moins classes moyennes) »</p>

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*