Mathieu Bock-Côté : « Fanatique et résolue, cette minorité idéologique est prête à aller jusqu’au bout » 1/2

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Quels sont les traits principaux de la révolution racialiste que vous décrivez dans votre livre ?

Le régime diversitaire se radicalise en se racialisant : tel est le fondement de la révolution racialiste. Aujourd’hui, la catégorisation raciale devient la catégorisation première de la société, et fonde deux camps : le blanc et le racisé. C’est à partir de ces catégories qu’il faudrait aborder les sociétés occidentales et entreprendre le démantèlement des rapports de domination qui les structureraient. Dès qu’il y a une disparité statistique repérée par la bureaucratie diversitaire entre les groupes qu’elle prétend identifier, elle est interprétée à la manière d’une inégalité raciale provoquée par le racisme systémique. Plus largement, il faudrait déblanchir les sociétés occidentales parce que l’universel, auquel nous avions tendance à croire, serait mensonger et masquerait les intérêts d’une majorité blanche.

Lire aussi : Coupable d’être blanc ?

Ce qui est frappant devant cette mouvance, c’est la paralysie mentale de nos élites politiques qui pensent que de petites concessions pourront l’amadouer. Mais ce n’est pas un mouvement réformiste, et les concepts du racialisme viennent en grappe. Quand on en achète un, on les achète tous ; qui commence à parler de privilège blanc parlera de racisme systématique, de fragilité blanche, et finira par adopter le logiciel général.

En quoi ce mouvement est-il révolutionnaire ?

Ce mouvement racialiste est la quatrième vague de la tentation totalitaire de la modernité, après 1793, 1917 et les années 1960 – je ne parle pas des totalitarismes nazi et fasciste, monstrueux, mais qui répondent à une autre logique. Nous sommes face à des mouvements qui sont dans une logique d’éradication, de condamnation ontologique, de remise en question de la légitimité même de l’existence de nos sociétés. Certes, le goulag n’existe pas, mais la rééducation généralisée est bien présente. Fanatique et résolue, cette mouvance idéologique est prête à aller jusqu’au bout.

Qui sont les figures principales de cette idéologie ?

Chez les intellectuels, deux grandes figures méritent d’être mentionnées. D’abord, Robin DiAngelo, auteure de Fragilité blanche, et figure centrale de l’industrie du diversity training, qui transforme les milieux de travail aux États-Unis en ateliers de rééducation idéologique. Pour elle, le racisme est nécessairement blanc et le blanc, nécessairement raciste. Son objectif : apprendre à ne plus être blanche, une tâche qu’elle assimile à une libération personnelle, mais qui demeurera inatteignable de son vivant, tellement elle est imprégnée par sa blanchité. Autrement dit, elle se condamne à une expiation sans rédemption. DiAngelo est l’une des intellectuelles les plus influentes de notre temps. J’ajouterais qu’elle incarne un fanatisme qui va jusqu’à la névrose. […]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

L’article Mathieu Bock-Côté : « Fanatique et résolue, cette minorité idéologique est prête à aller jusqu’au bout » 1/2 <img class='plus-nav-icon-menu icon-img' src='https://lincorrect.org/wp-content/uploads/2020/07/logo-article-small.png' style='height:20px;'> est apparu en premier sur L'Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*