«Les taux d’intérêt bas, une (trop) bonne nouvelle»

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Tribune libre « Les perdants sont les épargnants futurs. C’est-à-dire les ménages et les systèmes de retraite ou d’assurance par capitalisation », souligne l’universitaire Hubert de La Bruslerie

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*