Les start-up de fermes urbaines n'ont pas dit leur dernier mot

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lesechos.fr/

https://media.lesechos.com/api/v1/images/view/627b61cc5268006626663de6/640x360/0701521328989-web-tete.jpg

Malgré le redressement judiciaire d’Agricool, des projets comme Peas&Love ou Nutreets se développent et parient sur un modèle en BtoB. Ces jeunes sociétés ont signé des contrats avec de gros comptes comme le ministère de l’Economie, Accor ou Nexity.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*