« Les politiques de différenciation entre universités, plus anciennes qu’on ne croit, ont fait émerger des projets originaux, mais aussi des inégalités injustifiées »

L’idée d’autonomie et de diversité entre les facultés n’est pas le fruit de politiques récentes, mais d’une histoire qui remonte à Napoléon Iᵉʳ, rappelle, dans une tribune au « Monde », Jean-Yves Mérindol, professeur honoraire de mathématiques.

Cet article est paru en premier sur lemonde.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*