“Les Olympiades”: multiculturalisme en noir et blanc

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Le cinéaste Jacques Audiard travaille désormais avec Céline Sciamma. Quel reniement…


L’intéressant cinéaste Jacques Audiard serait-il la première victime collatérale (mais hélas consentante) du #Metoo cinématographique ? Qu’est-il arrivé en effet à celui dont la filmographie révélait assez ouvertement sinon une misogynie (d’origine paternelle ?), du moins une défiance assez peu dissimulée à l’égard du féminin.

A lire aussi : Un bon film israélien est-il un film anti-israélien?

Jusqu’à présent dans les films d’Audiard, on trouvait des hommes pour le moins virils et des femmes en revanche assez souvent handicapées – Emmanuelle Devos est sourde et muette dans Sur mes lèvres, Marion Cotillard se voit amputée des deux jambes dans De rouille et d’os et l’unique personnage féminin des Frères Sisters (sic) est une mère castratrice à souhait. Mais Audiard a bien senti le vent tourner. Alors, pas fier, pour son nouveau film, Les Olympiades, il a pris pour coscénaristes deux éminentes représentantes de la nouvelle tendance hyper-féministe du cinéma français : la scénariste Léa Mysius et Céline Sciamma, l’égérie du mouvement avec Adèle Haenel.

A lire aussi : Balzac au cinéma, ça donne quoi ?

Le résultat est… « impeccable » de correction et de bien-pensance égalitaire, communautaire et bienveillante. On le dirait tout droit sorti d’un cours de rééducation de l’actuel Centre national de la cinématographie. Un film vaut-il un reniement ?

“Les Olympiades” de Jacques Audiard, sortie le 3 novembre.

L’article “Les Olympiades”: multiculturalisme en noir et blanc est apparu en premier sur Causeur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*