Législatives: Marine Le Pen écarte de nouveau tout rapprochement avec Eric Zemmour

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lopinion.fr/

https://beymedias.brightspotcdn.com/3b/f6/7f39018447b28eb019ea202ee79a/sipa-ap22673349-000203.jpg

L’union de l’extrême droite semble bien improbable. Invitée sur RTL dans la matinée du mercredi 11 avril, Marine Le Pen a déclaré, au sujet des personnes qui ont quitté le Rassemblement national (RN) pour rejoindre le parti d’Eric Zemmour : « Ceux qui m’ont quittée, c’est un chemin sans retour. » La candidate malheureuse à la présidentielle est désormais en campagne pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochains, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, où elle a déjà été élue en 2017. Trahison. Lors d’un déplacement à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), dimanche 8 mai, Marine Le Pen avait déclaré que son parti entrerait « en force à l’Assemblée nationale pour mener le combat contre la politique sociale qu’Emmanuel Macron veut mettre en œuvre ». Une potentielle entrée en force qui se fera donc sans alliances, qu’elle a qualifiées sur RTL d’« alliances d’appareils » qui « font fi du fond politique ». « J’aurais pu m’allier avec Eric Zemmour, mais (…) j’aurais contribué à faire élire des députés Eric Zemmour qui voteraient avec Emmanuel Macron la retraite à 65 ans. Ce serait une trahison de mes électeurs », a poursuivi la candidate du RN à la présidentielle, au micro de RTL. Dimanche 8 mai, Eric Zemmour avait déclaré sur Twitter : « Ne croyez pas que j’aie vexé le RN. Ils sont des habitués de la politique, des déclarations et des vérités dites crûment. Ils en produisent de belles aussi. Ils sont trop solides pour être scandalisés à vie par quelques mots. » « Cette union, ils n’en voulaient pas. C’est ainsi », avait conclu le leader de Reconquête!.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*