Législatives 2022: malgré la victoire, première dissension au sein de la Nupes ?

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lopinion.fr/

https://beymedias.brightspotcdn.com/0c/78/d01bace245e82440a6236676b563/fabien-roussel-sipa.jpg

Trop beau pour être vrai ? L’image de la gauche réunie victorieuse a été mise à mal dimanche 19 juin, au soir du second tour des élections législatives 2022, par Fabien Roussel. Alors qu’il venait d’être réélu dans son fief du Nord, l’ancien candidat du Parti communiste français à la présidentielle 2022 s’est montré particulièrement critique à l’encontre de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) qui venait pourtant de s’octroyer la place de première force de l’opposition à l’Assemblée nationale. Derrière le pari réussi de la gauche réunie menée par Jean-Luc Mélenchon, qui est passée d’une soixantaine de sièges à plus 131, Fabien Roussel a levé le voile sur les dissensions qui semblent toujours régner entre les différentes gauches. Au micro de France 3, Fabien Roussel n’a pas mâché ses mots, estimant que la Nupes n’a pas réussi à « dépasser le plafond de verre » à l’occasion du second tour des législatives. Limites. « L’alliance de l’ensemble des forces de gauches et écologistes, lors de ces élections législatives, a permis de gagner un grand nombre de députés et c’est là une des victoires de ces élections législatives », a-t-il dans un premier temps salué, avant de déplorer sur la chaîne du service public : « Mais cette alliance n’a pas non plus permis d’obtenir une majorité. Et pire que cela, ce que je vois, y compris dans ma région des Hauts-de-France, dans ce bassin minier que je connais bien du Nord-Pas-de-Calais, ça n’a pas empêché beaucoup d’électeurs de se tourner vers les candidats du Rassemblement national, de l’extrême droite. » Pour lui, le constat est sans appel : « Nous avons atteint des limites. » Interrogé par Carole Gaessler sur sa volonté de prendre dès à présent ses distances par rapport à la Nupes, Fabien Roussel a remarqué avoir déjà dit lors de la campagne avoir des différences et ne pas se retrouver dans certains propos tenus au nom de cette alliance. Dénonçant « des propos qui heurtent les Français et qui ne sont pas compris », Fabien Roussel a estimé que « l’alliance ne parle qu’à une partie de la France, à celle des grandes villes et pas à celle de la ruralité ». Affirmant qu’il y aura bien un groupe communiste au palais Bourbon, Fabien Roussel a d’ailleurs insisté sur son importance afin de « faire entendre aussi [leurs] différences, [leur] sensibilité et d’avoir la liberté de vote à laquelle [les communistes sont] très attachés ». Difficile donc d’imaginer une gauche unie sur tous les fronts à l’Assemblée nationale dans les prochaines années…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*