Législatives 2022: la percée historique de Marine Le Pen

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lopinion.fr/

https://beymedias.brightspotcdn.com/53/ea/872ead5d4f26968235d7dda90f26/mlp-sipa.jpg

Marine Le Pen a été réélue dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais avec 63,21% des voix. Mais cela est une fausse bonne nouvelle pour la chef de file du Rassemblement national. La fille de Jean-Marie Le Pen savait qu’elle tenait son territoire et que sa réélection n’était qu’une question de jours. La vraie bonne nouvelle pour le parti d’extrême droite est le nombre de députés qu’il a fait élire ce dimanche 19 juin, au soir du second tour des élections législatives. Les résultats sont tout simplement historiques pour le RN. Avec entre 80 et 85 députés, selon les projections de l’Ifop, le Rassemblement national est la réelle surprise de ce scrutin. Il faut le dire : Marine Le Pen et Jordan Bardella, président par intérim du parti d’extrême droite, étaient bien seuls à prêcher dans le désert. L’ancienne candidate RN à la présidentielle avait demandé à ses électeurs de lui offrir entre 100 et 150 députés. Les instituts de sondages étaient beaucoup plus pessimistes que la direction du RN : jamais ils n’avaient anticipé un tel score pour le parti d’extrême droite. Tout au plus, le RN devait-il récolter entre 20 et 40 députés. Les électeurs RN ont cette fois-ci écouté leur ancienne candidate. Ils sont allés aux urnes pour voter pour les candidats frontistes. Ils ont battu le record de 1986, quand 35 députés du Front national avaient fait leur entrée dans l’Hémicycle à la faveur d’une élection législative à la proportionnelle intégrale. Leur chef de file était Jean-Marie Le Pen. Surprise. Pour Marine Le Pen, tout déroule donc selon son plan. Le nombre de députés RN qui vont intégrer l’Assemblée nationale va permettre au parti d’extrême droite de déposer des motions de censure (il faut 56 députés pour cela) et de saisir le Conseil constitutionnel sur des textes de loi (60 députés minimum). Mieux, le poste clé et prestigieux de la présidence de la commission des finances de l’Assemblée nationale est ouvert pour le RN. Surtout, l’ancienne candidate à la présidentielle va pouvoir devenir présidente d’un large groupe parlementaire et laisser sa place à la tête du parti à Jordan Bardella. Depuis son fief d’Hénin-Beaumont, Marine Le Pen a déclaré : «Nous avons atteint les trois objectifs que nous nous étions fixés : faire d’Emmanuel Macron un président minoritaire, poursuivre la recomposition politique indispensable et constituer un groupe d’opposition déterminant face aux déconstructeurs d’en haut, les macronistes, et les déconstructeurs d’en bas, cette extrême gauche antirépublicaine ». Présent sur TF1 pour la soirée électorale, Jordan Bardella était tout sourire et a affiché un grand soulagement. « C’est un tsunami, a-t-il lancé en apprenant l’ampleur des résultats du RN. Je veux dire un immense merci aux Français qui se sont mobilisés et qui ont permis une vague bleu marine. On commence le travail dès demain matin. Le président est minoritaire, c’est son mépris et son impuissance qui l’a fait président minoritaire. C’est une très belle percée ». En réalité, au RN, la surprise est totale. Très peu de cadres frontistes avaient anticipé un tel score. Moins de 72 heures avant le second tour, un proche de Marine Le Pen portait un regard déçu sur la campagne des législatives du RN : « Il y avait un manque d’organisation dans cette campagne. Il n’y a eu que très peu de réunions stratégiques. Pendant la campagne présidentielle, on en faisait trois par semaine ! La réalité, c’est qu’il n’y a que Jordan Bardella qui a mené campagne, et puis Marine quand elle est rentrée de vacances le 8 mai dernier ». Maintenant, les commentaires se suivent et se ressemblent : « C’est un truc de dingue ». Grand chelem. D’où vient la victoire de Marine Le Pen ? Le RN a fait face à des duels de natures très différentes lors de ce second tour des législatives : dans 106 circonscriptions, le parti lepéniste était opposé à Ensemble!, dans 61, à la Nupes, dans 25 à LR. Le RN était présent dans 208 seconds tours. Mieux, la direction du parti avait compté : 108 candidats étaient arrivés en tête dans leur circonscription. L’état-major avait aussi noté que dans 18 départements, ils ont des candidats au second tour dans toutes les circonscriptions. C’était le cas de l’Aisne, les Ardennes, l’Aube, l’Aude, l’Eure, le Lot-et-Garonne, la Haute-Marne, la Meuse, la Nièvre, le Pas-de-Calais, les Pyrénées-Orientales, la Haute-Saône, le Tarn-et-Garonne, le Var, le Vaucluse, les Vosges, l’Yonne et le Territoire de Belfort. Ce dimanche soir, le RN fait un grand chelem dans la Haute-Marne (deux députés), dans la Haute-Saône (deux députés), l’Aube (deux députés), dans l’Aude (trois députés) dans les Pyrénées-Orientales (quatre députés). «Les nouveaux visages que vous allez découvrir sont l’avant-garde de la nouvelle élite politique qui prendra le pouvoir quand l’aventure Macron aura pris fin », a assuré Marine Le Pen, joyeuse. Pour la fille de Jean-Marie Le Pen, ce scrutin législatif est la première pierre d’une candidature en 2027.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*