«Le retour d’Octave Mirbeau» – la critique de Bernard Quiriny

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

In folio <p>Mirbeau, tellement XIX<sup>e</sup> siècle par un côté (voyez son <em>Jardin des supplices</em>, roman ultime sur la pourriture et la volupté décadente, rempli d’un humour noir morbide), appartient aussi au XX<sup>e</sup> siècle, et participe au renouvellement des formes</p>

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*