La jeune garde intellectuelle de la droite : Samuel Fitoussi, moraliste 3.0

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

L’esprit français du moraliste, ce miroir baladé pour déformer par la satire et l’autodérision notre petite comédie humaine, qui préfère à l’exposé systématique du moralisateur les mille vicissitudes du réel, cet esprit disions-nous a trouvé une postérité fertile en la personne de Samuel Fitoussi. Fondateur avec quelques camarades de lycée de la très hilarante Gazette de l’étudiant, le jeune homme dispose d’un talent certain pour croquer des personnages archétypaux, pour en saisir les caractères et les inclinaisons profondes, pour sentir en un mot leur potentiel comique. L’étudiant de Sciences Po, le jeune macroniste, la féministe de Tolbiac ou l’électeur d’Éric Zemmour : tous ont un jour été saisis par l’acide de sa plume, avec ce fond de bienveillance et de drôlerie qui le caractérise.

Jadis anodine, la pratique avait déjà de quoi heurter des jeunes gens ne sachant plus rire d’eux-mêmes, qui s’effarouchent à la moindre généralisation. Au début du mouvement Black Lives Matter pourtant, alors que pullulent des fausses nouvelles en tout genre sur le prétendu racisme systémique de l’État américain, Fitoussi devient sérieux et ose l’incartade. Ne se contentant pas seulement, comme beaucoup alors, d’arguer la différence des cultures américaine et française pour repousser l’offensive racialiste, il démontre, preuves à l’appui, que la police américaine ne tue pas plus les noirs, du fait de la couleur de leur épiderme. […]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

L’article La jeune garde intellectuelle de la droite : Samuel Fitoussi, moraliste 3.0 est apparu en premier sur L’Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*