La crise en Guadeloupe s'invite dans la campagne présidentielle

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Rétablir l’ordre au plus vite ou s’atteler à des mesures sociales d’envergure: droite et gauche conviennent de l’urgence d’agir en Guadeloupe, secouée par une crise violente qui pose un défi à l’exécutif à cinq mois de la présidentielle.
Face à un mouvement de contestation du pass sanitaire et de l’obligation vaccinale des soignants qui a rapidement dégénéré en violences urbaines, le gouvernement a tenté de réagir vite, et fermement: un couvre-feu, 200 renforts de policiers et gendarmes envoyés de métropole, notamment 50 membres du GIGN et du Raid, et une réunion avec les élus locaux lundi soir en visio, en raison de la contamination au Covid-19 de Jean Castex.
Le Premier ministre a « condamné avec la plus extrême fermeté » les violences.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*