Jacques Terpant et Jean Raspail : Les deux Cavaliers

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

C’est la rencontre de deux mélancolies. Celle des couleurs automnales du dessinateur Jacques Terpant avec celle des mondes bleus perdus de Jean Raspail. Le croisement de deux maîtres de l’onirisme, inventeurs d’espaces gigantesques par la plume : ou trempée dans la gouache, ou trempée dans l’encre. Des maîtres qui nous libèrent de ce corset infernal qu’on appelle la vie et qui n’est en réalité que sa singerie, les villes modernes, leur grisaille, leur enfermement, leur limite. Car le vrai conservateur est le seul aventurier, de la meilleure aventure, la gratuite, la libre, la noble, qui s’ouvre des horizons inconnus seulement parce qu’ils sont déjà contenus dans son intérieur.

Donc, d’abord, « sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l’ouest qui n’était plus gardée » et aussitôt la chevalerie renaquit : de ces hommes pleins de sens du devoir, absurdes paladins comme aurait dit Aragon, que Jean Raspail a fait héros déserteurs et quêteurs de confins, Jacques Terpant, merveilleux bédéiste, tire des images sans égales, qui font rêver les enfants et tous ceux qui ont décidé de le rester ou que la fatalité a fait rester tels : bref, tous ceux qui ont envie de mourir pour rien sinon la conservation d’un monde d’avant que l’époque abolit.

Lire aussi : Jacques Terpant : Splendeur et misère du neuvième art[…]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

L’article Jacques Terpant et Jean Raspail : Les deux Cavaliers <img class='plus-nav-icon-menu icon-img' src='https://lincorrect.org/wp-content/uploads/2020/07/logo-article-small.png' style='height:20px;'> est apparu en premier sur L'Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*