Institutions politiques : « Fake Management »

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

https://adcasescom.files.wordpress.com/2021/03/management.jpg

Article écrit par : Ad Case https://adcasecom.agency/blog

Il est assez rare que des décisions politiques nationales, locales ou multinationales, soient contestées dans leur légitimité. Elles peuvent l’être par une opinion, une protestation ou un débat, mais la plupart du temps c’est l’absence de réalité exécutive qui est pointée du doigt. Ce n’est pas seulement vrai au niveau national, dans la mise en œuvre de réformes, mais c’est également le cas de la Commission Européenne (presque célèbre pour sa lenteur), de l’OTAN, de l’ONU, et de beaucoup d’autres organisations. Le principe même d’une assemblée quelle qu’elle soit, ne serait-ce qu’un bureau dirigeant une association, est de partager des projets, de les décider, puis de les exécuter après un vote. La démocratie fonctionne de la même manière et le délai entre ces trois étapes n’a pas nécessairement besoin d’éternité, et encore moins de mensonges ou de « com » sans réalité.

Dans le privé, la fonction exécutive, souvent très proche de la fonction dirigeante, a depuis longtemps donné un nom à ce métier : le Management. C’est un mot anglo-saxon très laid qui s’applique à une palette de métiers allant du Vendeur au Directeur Général d’une marque du CAC40. Le point commun entre tous ces hommes et femmes du privé, c’est qu’ils (elles) sont impliqué(e)s non seulement dans la décision, mais aussi dans l’exécution et donc dans le résultat. Ces résultats sont chiffrés et permettent d’objectiver la qualité du travail, en tenant compte de circonstances favorables ou de vents contraires. C’est simple,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*