Henry J-M Levet vous envoie une carte postale

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Le poème du dimanche


« Henry Jean-Marie Levet m’obsède. Je l’ai découvert à l’âge de seize ou dix-sept ans. Il ne m’a jamais quitté. Les premiers poèmes que j’ai lus de lui, je les ai retenus aussitôt. Je peux les réciter encore aujourd’hui. Par cœur. » Ces mots de Frédéric Vitoux qui a été le biographe de Henry Jean-Marie Levet (1874-1906) dans L’Express de Bénarès (Fayard), votre serviteur pourrait les faire siens. L’œuvre si mince de Levet, – ses Cartes Postales compte dix poèmes -, a exercé une influence décisive sur ceux qu’on classe dans la catégorie des poètes du voyage comme Larbaud, Cendrars, Morand et même, d’une certaine manière, Saint-John Perse.

Il nous reste de lui un simple recueil que l’on peut trouver en Poésie/Gallimard ou dans La Petite Vermillon à la Table Ronde.


CÔTE D’AZUR. – NICE

                                                         À Francis Jourdain

L’Écosse s’est voilée de ses brumes classiques,
Nos plages et nos lacs sont abandonnés ;
Novembre, tribunal suprême des phtisiques,
M’exile sur les bords de la Méditerranée…

J’aurai un fauteuil roulant « plein d’odeurs légères »
Que poussera lentement un valet bien stylé :
Un soleil doux vernira mes heures dernières,
Cet hiver, sur la Promenade des Anglais…

A lire aussi: Nissart per tougiou!

Pendant que Jane, qui est maintenant la compagne
D’un sain et farouche éleveur de moutons
Émaille de sa grâce une prairie australe
De plus de quarante milles carrés, me dit-on

Et quand le sang pâle et froid de mon crépuscule
Aura terni le flot méditerranéen,
Là-bas, dans la nouvelle Galles du Sud,
L’Aube d’un jour d’été l’éveillera… C’est bien …

L’article Henry J-M Levet vous envoie une carte postale est apparu en premier sur Causeur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*