Equidés mutilés : «Dans une bonne partie des cas, il n’y a pas eu d’action humaine»

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Pour Jacques Diacono, de l’Office de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique, la responsabilité de l’homme n’est certifiée que dans un quart des cas de mutilations.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*