En thérapie : notre critique

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Il est important de le dire haut et fort, en cette époque de désert cinématographique français, une œuvre de cinéma magnifique et bouleversante, l’un des plus beaux films français de ces dernières années, a été diffusée sur la chaîne ARTE durant sept jeudis au mois de février et mars. Il s’agit de l’excellente série En thérapie adaptée de la série originale israélienne, BeTipul, dirigée par le réalisateur Hagai Levi.

Dirigée par Olivier Nakache et Eric Toledano, réalisateurs à succès avec leurs comédies sociales et populaires (Intouchables ou encore Le sens de la fête) bénéficiant d’un scénario très documenté, d’une puissance émotionnelle et d’une intelligence politique rare, notamment écrite par les excellents David Elkaïm, Vincent Poymiro, Alexandre Manneville et Nacim Methar, filmée par les cinéastes Olivier Nakache, Eric Toledano, Mathieu Vadepied, Nicolas Pariser et Pierre Salvadori, la série En thérapie est une mosaïque de portraits accidentés et une lecture pertinente et courageuse de nos existences minées par le chaos.

Lire aussi : Les Trois Visages de la peur : notre critique

La série, comme l’originale, se déroule en huis-clos dans le cabinet du psychiatre et psychanalyste Philippe Dayan, interprété par le formidable Frédéric Pierrot, bienveillant et perspicace, perturbé et volontaire. Il reçoit dans la France post-traumatique de 2015 après les terribles attentats de novembre, plusieurs patients : Ariane, une chirurgienne incarnée par Mélanie Thierry, audacieuse et provocante, en première ligne la nuit du 13 novembre ; Adel, policier de la BRI, en plein choc post-traumatique après son intervention au Bataclan, joué par l’excellent Reda Kateb ; Camille, une jeune championne de natation aux tendances suicidaires, remarquablement campée par Céleste Brunnquell (déjà formidable dans le film Les Éblouis) ; et un couple en plein désarroi interprété par les parfaits Pio Marmaï et Clémence Poésy. Le psychanalyste lui-même ébranlé par les événements récents et la déroute de son pays, sa situation familiale complexe et son souci de rester un excellent médecin et analyste au service de ses patients décide de consulter sa confrère, Esther – jouée par l’inoubliable Carole Bouquet – une amie qu’il n’a plus vue depuis 12 ans en raison de désaccords profonds sur les questions de la théorie psychanalytique. […]

L’article En thérapie : notre critique est apparu en premier sur L'Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*