En soutien au journaliste Taha Bouhafs

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Communiqué commun d’une quinzaine de sociétés de journalistes et de rédacteurs, dont celle de «Libération», après l’interpellation du journaliste de Là-bas si j’y suis, qui a porté plainte pour violences, et dont le téléphone a été confisqué.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*