Elargissement de l’Otan: les Etats-Unis et la France soutiennent la démarche finlandaise

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lopinion.fr/

https://beymedias.brightspotcdn.com/ee/c0/c957259146e4b5db117f499edda7/sipa-00500110-000006.jpg

Feu vert de Paris et Washington. « Nous soutiendrions une candidature de la Finlande et/ou de la Suède à l’Otan si elles devaient en déposer une. Nous respecterions leur choix », a déclaré la porte-parole de la Maison blanche, Jen Psaki, aux journalistes. Le président et le gouvernement finlandais se sont prononcés jeudi pour une adhésion rapide à l’Alliance atlantique, à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine. Même son de cloche, donc, à l’Elysée. La France soutient « pleinement le choix souverain » de la Finlande d’adhérer rapidement à l’Otan, a déclaré jeudi la présidence de la République. Ce soutien a été exprimé dans le cadre d’un échange entre le président français Emmanuel Macron et son homologue finlandais Sauli Niinisto, a précisé l’Elysée. « Mesures inamicales ». Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, a déclaré que la Finlande, si elle devait poser sa candidature, serait « chaleureusement accueillie » au sein de l’Alliance, promettant une intégration « rapide et sans accrocs ». La Suède devrait rapidement suivre cet exemple et plusieurs sources au sein de l’Otan s’attendent à voir les deux pays nordiques demander d’intégrer l’Alliance dans les jours qui viennent et obtenir rapidement le statut de pays membre. Une démarche peu au goût de Moscou. Interrogé à ce sujet lors d’une conférence de presse téléphonique, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a jugé que la Finlande avait rejoint les « mesures inamicales » à l’encontre de la Russie et que cette perspective représentait « indéniablement » une menace pour la Russie. La réponse du Kremlin « dépendra de la façon dont se passe ce processus d’expansion de l’Otan, de l’ampleur du rapprochement de nos frontières des infrastructures militaires », a-t-il expliqué. (Avec Reuters)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*