Des chercheurs français identifient les propriétés quantiques des anyons

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

La physique quantique est une science qui peut paraître complètement folle. C’est normal vous dirait le physicien américain Richard Feynman, prix Nobel 1965 pour avoir posé les bases de l’ordinateur quantique, qui se plaisait à rassurer ses étudiants : « Si en sortant de ce cours vous pensez avoir compris la mécanique quantique, c’est que vous n’avez pas compris la mécanique quantique ». Dis comme ça…détendons-nous. Les lois de l’infiniment petit ne se laissent pas aisément observer ? Pour un embryon de réflexion, ce pourrait être aussi léger qu’un épisode de Star Trek (l’uniforme so eighties en moins) on vous dit !

Alors qui est l’anyon et qu’apporte-t-il ?

C’est une quasi particule intermédiaire entre les fermions, particules de base constituant la matière, et les bosons, particules messagères, vecteurs de force qui assurent les interactions fondamentales (les particules élémentaires étant les plus petits objets physiques dont sont constituées la matière et les forces de l’univers). À mi-chemin entre les deux, l’anyon (any en anglais) possède une mémoire contrairement aux deux autres, ce qui le rend si précieux pour coder de l’information ! Dans le tableau des douze particules de la matière – qui n’est pas remis en cause par son arrivée – ce sont les électrons et leurs agissements qui nous occupent ici. La quasi particule ne vivant pas toute seule dans le vide, décrira plus simplement des comportements collectifs complexes, même si on ne les appréhende pas encore très bien. […]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

L’article Des chercheurs français identifient les propriétés quantiques des anyons <img class='plus-nav-icon-menu icon-img' src='https://lincorrect.org/wp-content/uploads/2020/07/logo-article-small.png' style='height:20px;'> est apparu en premier sur L'Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*