Délinquance : les ruraux laissés à la merci des voyous

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

C’est à ce calvaire que fait face depuis deux ans le couple Beysson, agriculteur à Gignac-la-Nerthe (13). Pillages, incendies criminels tuant leur centaine de poules, et pour combler ce cocktail explosif, une agression physique contre Caroline Beysson le 30 mai dernier. Seule, elle passait en voiture lorsque les assaillants l’ont pris à partie pour la tabasser. L’affaire a évidemment été reprise dans toute la presse locale. Dans le cas d’espèce, ce sont les voisins qui sont les auteurs des méfaits, à cause d’une banale histoire de chemin. Rien pourtant ne semble être fait pour contrer ces insupportables agissements.

L’insécurité dans les campagnes, ça existe

Les campagnes sont certes plus tranquilles que les villes, et la délinquance y est moins répandue. Et pourtant, l’insécurité monte à la périphérie des villes, et atteint jusqu’aux marges rurales les plus reculées. Siphonages du carburant des engins agricoles, vols à main armée, pillages en bande organisée, incendies : les titres des journaux locaux indiquent de plus en plus ce genre de méfaits, dans le silence coupable des autorités.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

L’article Délinquance : les ruraux laissés à la merci des voyous <img class='plus-nav-icon-menu icon-img' src='https://lincorrect.org/wp-content/uploads/2020/07/logo-article-small.png' style='height:20px;'> est apparu en premier sur L'Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*