Dans son rapport annuel, le Conseil supérieur de la magistrature dit la nécessité de « défendre l’Etat de droit »

Le texte, dont la teneur avait été arrêtée avant l’annonce de la dissolution, insiste sur les attaques faites, par une partie du monde politique, au supposé « gouvernement des juges » qui irait contre la volonté populaire.

Cet article est paru en premier sur lemonde.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*