Covid-19: l’Union européenne enrichit son arsenal avec un vaccin espagnol

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.lopinion.fr/

https://beymedias.brightspotcdn.com/40/ae/6fd14e2c45b6b2ada3aab5301a65/vaccin-sipa.jpg

Des vaccins américains, suédo-britanniques, français-mais-pas-pour-les-Français et maintenant espagnols. L’Europe prépare sa rentrée en renforçant son panier vaccinal anti-Covid avec un nouveau sérum produit par la firme catalane Hipra. Anticipant son homologation par l’Agence européenne des médicaments (qui déclenche la mise sur le marché et la possibilité d’achat par les pays partie prenante), la Commission européenne a annoncé ce mardi la signature d’un contrat d’acquisition de 250 millions de doses. « Nous nous devons de garantir un niveau de préparation maximal à l’approche des mois d’automne et d’hiver, a affirmé Stella Kyriakides, commissaire à la Santé. Le vaccin Hipra constitue encore une option supplémentaire pour compléter le vaste portefeuille de vaccins que nous rendons disponibles à nos EÉtats membres et à nos citoyens. Une augmentation de la vaccination et de l’administration de doses de rappel s’avérera essentielle dans les prochains mois. » En tout, l’Europe a acheté 4,2 milliards de doses aux laboratoires Pfizer-BioNtech, Moderna, AstraZeneca, Janssen, Novavax et Valneva. Si cette annonce confirme la stratégie de diversification de l’Europe, elle n’est pas exempte de paradoxe. La firme franco-autrichienne Valneva en fait les frais. La semaine dernière, la société basée à Nantes a vu sa commande vaccinale européenne réduite de 60 millions à 1,25 million de doses. Reposant sur une technologie plus traditionnelle que l’ARN messager, son vaccin ne fait pas partie de l’arsenal du gouvernement français, qui pourrait en revanche lui préférer son concurrent espagnol. Après un premier échec sur un sérum à ARN messager, le deuxième candidat de Sanofi-GSK, vaccin de rappel qui bénéficie d’un contrat européen mais attend depuis six mois le feu vert du régulateur, constitue le dernier espoir de voir un laboratoire français se hisser au rang de ses concurrents étrangers.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*