Communiqué de presse : à ne pas nommer le mal, on s’en rend complice

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Samedi soir, deux étudiants dijonnais ont été sauvagement agressés par une dizaine d’individus, place de la République, animés par une volonté assumée : « Ils ont commencé à nous insulter, à dire qu’ils voulaient s’en prendre à des petits blancs privilégiés. »

A ne pas nommer le mal, on s’en rend complice. Ici, il ne faut plus parler de jeunes mais de sauvages. Il ne faut plus parler d’agression mais d’acharnement. Il ne faut plus parler de fait divers mais de francocide.

En 20 ans, en Côte d’Or, le nombre de victimes de coups et de blessures volontaires, criminels ou correctionnels a plus que doublé, passant de 921 en 2001 à 1910 en 2021. Le 15 juin 2021, une expédition punitive menée par 150 Tchétchènes faisait notamment 20 blessés dans le quartier réputé de Grésilles, à Dijon, où les violences urbaines, règlements de compte et autres agressions deviennent presque la norme.

Si leurs intentions sont claires, les nôtres seront fortes : mettre un terme à cette insécurité, punir ceux qui la nourrissent, emprisonner les voyous et renvoyer les délinquants étrangers dans leurs pays.

Guillaume Peltier

Vice-président exécutif de Reconquête

Conseiller départemental de Chambord

Ancien député de Loir-et-Cher

L’article Communiqué de presse : à ne pas nommer le mal, on s’en rend complice est apparu en premier sur Guillaume Peltier.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*