Chine: une difficile année du rat

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Le 24 janvier, le rat a succédé au cochon. Intuitif, opportuniste et calculateur, pourra-t-il faire oublier les cinq calamités de l’année du cochon ?

Première des cinq calamités : l’épizootie de peste porcine. Passée sous contrôle chinois, l’OMS reprenait, le 23 janvier, les chiffres officiels pékinois de 1.193.000 animaux abattus. Mais selon l’agence de presse américaine Bloomberg, le cheptel aurait en réalité été réduit de 700 à 490 millions d’unités en un an, provoquant un doublement du prix du porc : 19 yuans le kilo en septembre 2018, 37 yuans en septembre 2019. « Le monde entier ne dispose pas d’assez de porcs pour combler le déficit chinois ».

Deuxième calamité : l’incapacité de Pékin à contrer efficacement les mesures intempestives de Trump. Les interdictions d’opérer aux États-Unis pour les firmes chinoises ZTE et Huawei et les tarifs douaniers réduisent les exportations chinoises vers les États-Unis de 539 milliards de dollars en décembre 2018 à 418 milliards un an plus tard. Cette diminution des entrées de devises accentue la contraction économique déjà en cours. […]

L’article Chine: une difficile année du rat est apparu en premier sur L’Incorrect.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*